J’ai testé l’hôtel Esencia

La Riviera Maya, cette côte de la péninsule mexicaine du Yucatan qui longe la mer des Caraïbes, est devenue, depuis les années 1970 et sous l’impulsion du gouvernement, un véritable bastion du tourisme. C’est ainsi que la célèbre Cancún, qui n’était il y a moins de 50 ans, qu’un petit village de pêcheurs, est devenue une station balnéaire mondialement connue, fréquentée par les touristes du monde entier, et en particulier, les jeunes spring-breakers américains.

En quelques décennies, les constructions se sont multipliées et ce sont désormais des centaines de barres d’immeubles hôteliers qui font face aux eaux turquoises du Golfe du Mexique. Cette frénésie commence à gagner le reste de la côte, et l’on parle déjà de Playa del Carmen comme d’un second Cancún. Les amateurs d’authenticité ne peuvent que regretter que cette côte paradisiaque se transforme en temple du consumérisme touristique.  

Heureusement pour eux – et pour moi – il existe encore sur la Riviera Maya, des établissements hôteliers exclusifs qui ont su parfaitement s’intégrer à la nature exceptionnelle dans laquelle ils se situent, en en préservant la beauté et en en faisant profiter leurs hôtes privilégiés. Non pas des gros resorts de 400 chambres mais des boutique-hôtels exclusifs, au service impeccable, qui font se sentir chez soi à l’autre bout du monde. L’hôtel Esencia en fait partie, comme j’ai pu le constater en terminant mon voyage de 15 jours au Mexique par une véritable parenthèse enchanteresse.

A l’entrée du domaine situé à une trentaine de minutes au nord de Tulum, une jolie maison maya traditionnelle sert de réception intimiste à l’hôtel Esencia. Nous y sommes accueillis chaleureusement par Pablo, qui nous fait traverser la propriété en voiturette de golf pour rejoindre sa partie principale en bord de mer. C’est ici que Jesús prend le relais, et nous fait visiter l’ensemble, à commencer par le spa bio, qui embaume du délicieux parfum des produits de soin, élaborés sur place selon les méthodes traditionnelles mayas.

Le bâtiment principal de l’hôtel, qui fait face à la mer, a gardé son âme originale, du temps où il servait de résidence secondaire à une grande duchesse italienne, avec un superbe salon dans lequel est servi le thé tous les jours.

La vingtaine de chambres de l’hôtel est disséminée sur les 50 hectares de la propriété, recouverts d’une végétation dense, qui donne à chacune d’entre elles un caractère très intime sans vis-à-vis. Pour rejoindre notre garden suite avec plunge pool privée, nous croisons ça et là des iguanes, oiseaux et autres coatis qui habitent eux aussi les lieux.

A peine installés, et malgré le confort de notre grande chambre, nous n’avons qu’une hâte : rejoindre la plage privée de l’hôtel, qui nous tend les bras avec son sable blanc et fin, ses eaux turquoises à la température parfaite, et ses confortables transats qui invitent à la lecture ou au simple farniente. Un véritable petit coin de paradis, d’autant plus appréciable que l’on vient de Playa del Carmen, bondée de gringos.

Très occupés à alterner entre notre plage de rêve et une des deux superbes piscines de l’hôtel, on en oublierait presque de se sustenter. Ce serait bien dommage, car le chef Bernardo est un des plus grands d’Amérique Latine. Le restaurant Sol y Arena au petit déjeuner et au déjeuner, et le restaurant Sal y Fuego le soir proposent ainsi un subtil mélange de spécialités méso-américaines revisitées par le chef, toutes plus délicieuses les unes que les autres.

Depuis le cours de yoga proposé dans le jardin tous les matins, au blanc immaculé et à l’ambiance tamisée des chambres, en passant par la gentillesse et la serviabilité extrême du personnel, tout à Esencia invite à la détente la plus profonde. Un vrai coup de coeur à recommander à tous ceux qui sont désireux d’une véritable parenthèse balnéaire au Mexique, à la fois authentique et exclusive.

Publié par Hanna

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.