Tout d’abord, les ambitions coloniales françaises s’intensifient. Une mission scientifique est organisée en 1866. Elle est  sous la conduite du capitaine de frégate Ernest Doudart de Lagrée et du lieutenant de vaisseau Francis Garnier. Le but est de vérifier la navigabilité du Mékong afin d’ouvrir à la France un accès commercial avec la Chine.

Par ailleurs, Louis Delaporte est  en poste à Saigon. Il y est recruté comme dessinateur officiel des expéditions françaises du Mékong. Quand il découvre le site d’Angkor, il ressent un véritable choc émotionnel. Ce dernier entraînera un vrai tournant dans sa vie :« La vue de ces ruines étranges me frappa d’un vif étonnement… Dans cette vaste partie de l’Asie, l’art Khmer reste comme la plus belle expression du génie humain. Il s’étend jusqu’à l’Indus au Pacifique.

A partir de ce jour, il n’a qu’une idée en tête,  faire découvrir les merveilles de l’art khmer aux européens.

Exposition Universelle de 1878

En fait, c’est seulement lors de l’Exposition Universelle de 1878 qu’il obtient le succès espéré. Cet engouement pour l’exotisme incite la France à organiser des expositions pour présenter ses colonies et leurs richesses artistiques dont plus particulièrement l’art Khmer.

Angkor Vat grandeur nature sera même reconstitué pour la grande exposition coloniale de Paris en 1931.

Angkor

En outre, inquiet des futures dégradations générées par le climat, Louis Delaporte fait réaliser des moulages d’argile ou de gélatine des bas reliefs et des linteaux les plus délicats et rapporte avec lui quelques sculptures remarquables qui font toujours partie des trésors du Musée Guimet.²

Néanmoins, à son retour, en 1874, c’est une grande déception. Personne au Louvre ne s’y intéresse, il n’obtiendra qu’un espace au Musée de Compiègne.

De plus, après 1881, la santé de Louis Delaporte l’empêche de repartir mais il continuera à piloter les missions confiées à d’autres pour réaliser de nouveaux moulages et deviendra conservateur du musée indochinois du Trocadéro jusqu’à sa mort.

Enfin, ces moulages longtemps oubliés dans la grange de l’abbaye de Saint-Riquier ainsi que les sublimes aquarelles de Louis Delaporte vous permettront de découvrir la beauté des sculptures des temples d’Angkor avant d’organiser votre voyage avec Or’Normes au Cambodge.

Pour plus d’information sur l’exposition, vous pourrez consulter le site officiel du musée Guimet.

Une impressions ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.